Un artiste dans la guerre : Fernand Léger 05

Le peintre Fernand Léger a 34 ans en 1914. Après 4 ans de notoriété, il reçoit l’ordre de mobilisation dès le début de la Grande Guerre, au mois d’Août 1914. Il se retrouve vite au front, alors que nombre de ses amis cubistes évitent la guerre, soit parce qu’ils sont étrangers comme Pablo Picasso ou Juan Gris, soit parce qu’ils parviennent à s’abriter dans de paisibles garnisons. Éprouvant une grande frustration face à ceux qui continuent à peindre à Paris, il écrit entre 1914 et 1918 une cinquantaine de lettres à son ami d’enfance Louis Poughon, conseiller de préfecture dans les Deux-Sèvres. Dans ses lettres, l’artiste demande de l’aide à son ami, pour tenter d’améliorer son sort ou tout simplement échapper au front. Mais il y décrit également son quotidien et ses impressions, laissant un témoignage unique, que viendront compléter une vingtaine de dessins de guerre et quelques tableaux exceptionnels comme la célèbre Partie de cartes.
23/01/2015